• Menu
  • Menu
Basilique Sainte-Marie-Majeure - Nef

La Basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome : un véritable florilège architectural

Accueil » Europe » Europe méditéranéenne » Italie » Rome » La Basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome : un véritable florilège architectural
0
(0)

Nichée sur la colline de l’Esquilin, la Basilique Sainte-Marie-Majeure (Santa Maria Maggiore) est la plus grande église de la capitale consacrée à la Vierge Marie et l’une des quatre basiliques majeures de Rome (au côté de la Basilique Saint-Pierre, la Basilique Saint-Jean-de-Latran et la Basilique Saint-Paul-Hors-les-Murs).

En route moussaillons : le Capitaine vous embarque à la découverte de ce petit bijou architectural vieux de plus de 15 siècles !

💡 Le bon plan 💡
Vous voulez en savoir plus sur l’histoire de Rome ? Le Capitaine Ulysse vous recommande chaudement cette visite guidée gratuite de la ville (en anglais). À vous de choisir le pourboire que vous voulez laisser au guide !

Petite histoire de la Basilique Sainte-Marie-Majeure

La légende

D’après la légende, dans la nuit du 4 au 5 août 356, la Vierge Marie serait apparue en rêve au pape Libère ainsi qu’à un riche romain du nom de Jean. La Vierge leur aurait demandé de lui construire un sanctuaire dans un endroit qu’elle leur désignerait. Le lendemain, le pape et Jean réalisent qu’il a miraculeusement neigé sur la colline de l’Esquilin dans la nuit, en plein mois d’août.

Le pape ordonne donc la construction d’une église mariale (= consacrée à la Vierge Marie) qui sera financée par Jean.

L’histoire

Il semblerait malgré tout que l’histoire contredise la légende, aussi poétique soit-elle !

La construction de la Basilique Sainte-Marie-Majeure débute au 5ème siècle à la demande du pape Sixte III et à la suite du Concile d’Éphèse, qui attribue à la Vierge Marie le titre de Théotokos, « Mère de Dieu ».

À sa construction, la basilique suit un plan simple basilical de style paléochrétien (typique de l’Empire romain et de l’Antiquité tardive). Elle est rénovée et agrandie à plusieurs reprises au cours des siècles suivants avec notamment l’ajout de l’abside, du transept et du campanile au 13ème siècle puis la construction de chapelles aux 16ème et 17ème siècle ainsi que l’édification de la façade baroque au 18ème siècle.

La Basilique Sainte-Marie-Majeure est ainsi un véritable patchwork architectural combinant les influences paléochrétiennes, romanes, renaissance et baroque !

⛪  La basilique aux multiples noms ⛪
Si elle est aujourd’hui connue sous le nom de Sainte-Marie-Majeure, la basilique a porté plusieurs noms à travers les siècles : Sainte-Marie-aux-Neiges (en hommage à sa fondation légendaire), Santa Maria Liberiana (en référence au pape Libère) ou bien encore Santa Maria del Presepe (en référence aux reliques de la Sainte Crèche qu’elle abrite).

Visiter la Basilique Sainte-Marie-Majeure

L’extérieur de la basilique

Avant de pénétrer dans la basilique, prenez le temps d’en admirer l’imposant extérieur. De style roman, le campanile médiéval est le plus haut de la capitale italienne.

L’impressionnante façade de la Basilique Sainte-Marie-Majeure comprend par ailleurs une magnifique loggia à trois arcades décorées de mosaïques.

Cinq portes mènent à l’intérieur de la basilique dont une Porte Sainte sur la gauche. Chacune des 4 basiliques majeures de Rome compte sa propre Porte Sainte qui n’est ouverte par le Pape (ou un Cardinal) qu’une seul fois dans tout les 25 ans pour marquer symboliquement le début de l’Année sainte.

La colonne corinthienne située sur le parvis de la basilique provient de la Basilique de Maxence et Constantin (qui se trouve sur le Forum romain) et a été déplacée à son emplacement actuel sur les ordres du pape Paul V au début du 17ème siècle.

Sur la place de l’Esquilin, au chevet la basilique Sainte-Marie-Majeure (du côté de l’abside), vous trouverez par ailleurs un obélisque qui se dressait à l’origine à l’entrée du Mausolée d’Auguste.

Basilique Sainte-Marie Majeure - Rome

Les trois nefs

La nef principale est séparée des deux nefs latérales par des colonnades en marbre et granit de style ionique héritées des origines de la basilique.

Ne manquez pas de lever les yeux : vous pourrez apercevoir au-dessus des colonnes une frise ainsi que des panneaux en mosaïques datant du 5ème siècle et représentant des scènes bibliques sur fond d’or. Entre la nef et transept, l’arc triomphal est lui aussi décoré de mosaïques vieilles de plus de 15 siècles.

Pendant que vous avez les yeux levés, profitez-en pour admirer l’incroyable plafond à caissons de la nef. Daté de la Renaissance, il aurait été décoré avec l’or rapporté de l’expédition de Christophe Colomb en Amérique et offert à la basilique par la reine Isabelle d’Espagne.

Avant de quitter la nef, ne manquez pas de jeter un coup d’œil au pavement de la basilique. De style cosmatesque (marqueterie de marbre typique du Moyen-Âge), il date du 12ème siècle.

Basilique Sainte-Marie-Majeure - Nef

L’abside

Soutenu par des colonnes de porphyre rouge, le baldaquin abrite le maître-autel dans lequel sont conservées des reliques de la Crèche (ou du Saint-Berceau) dans un reliquaire réalisé par Luigi Valadier au 19ème siècle.

Au-dessus du maître-autel, ne manquez pas la belle mosaïque médiévale du Couronnement de la Vierge réalisé par Jacopo Torriti à la fin du 13ème siècle.

Basilique Sainte-Marie-Majeure - Abside

La Chapelle Sixtine

La Chapelle Sixtine – à ne pas confondre avec la célèbre chapelle du même nom située au Vatican – est l’une des deux chapelles principales de la Basilique Sainte-Marie-Majeure. Réalisée par l’architecte Domenico Fontana et richement décorée de fresques et de statues, elle abrite le tombeau du pape Sixte Quint. C’est aussi dans cette chapelle que repose la dépouille du pape Pie V.

À l’entrée de la chapelle (à l’extérieur), ne manquez pas la pierre tombale de la famille Bernini. C’est ici que repose l’incomparable Gian Lorenzo Bernini, dit le Bernin (dont vous trouverez soit dit en passant d’incroyables statues à la Villa Borghèse… incontournable !)

Basilique Sainte-Marie-Majeure - Chapelle Sixtine

La Chapelle Pauline

La Chapelle Pauline (ou Paolina en italien) ne doit son nom à nulle autre que Pauline Bonaparte, qui y repose au côté d’autres membres éminents de la famille Borghèse, dont le pape Paul V. C’est aussi là qu’est conservée la dépouille du pape Clément VIII.

Construite en 1611 par Flaminio Ponzio, cette chapelle fait face à la Chapelle Sixtine, située de l’autre côté de la nef. Elle en reprend d’ailleurs le plan.

Ne manquez pas le merveilleux retable byzantin Salus populi romani représentant la Vierge à l’Enfant et rapporté à Rome au 6ème siècle.  

Informations pratiques

Accès à la Basilique Sainte-Marie-Majeure

La Basilique Sainte-Marie-Majeure est située sur la colline de l’Esquilin, à quelques pas de la gare de Termini.

La station de métro la plus proche est donc la station Termini (lignes A et B). Les bus numéro 16, 70, 71 et 714 font également halte à proximité de la basilique.

💡   Pour information 💡
Sachez que l’accès illimité aux transports publics est inclus dans l’Omnia Card et le Roma Pass. Pour en savoir plus, c’est ici.

Horaires de la Basilique Sainte-Marie-Majeure

La Basilique Sainte-Marie-Majeure est ouverte tous les jours de 7h à 18h45.

Tarif de la Basilique Sainte-Marie-Majeure

L’entrée de la basilique est gratuite. Il vous faudra en revanche payer 3 € si vous souhaitez accéder au petit musée sur place.


À la recherche de conseils et de recommandations ? Voici tous les bons plans du Capitaine Ulysse à Rome !

🛏️   Hébergement : pour réserver votre hébergement à Rome, le Capitaine Ulysse vous recommande chaudement le site Booking :
les meilleures auberges de jeunesse
les meilleurs hôtels pour les petits budgets
les meilleurs hôtels pour les budgets intermédiaires
les meilleurs hôtels haut-de-gamme

🎟️   Activités : côté visites et activités, le Capitaine Ulysse vous recommande de faire un tour sur les sites GetYourGuideTiqets et Civitatis. Visites guidées, croisières, billets coupe-files, activités insolites… vous devriez amplement y trouver votre bonheur !

🎫   Citypass : si vous restez plusieurs jours à Rome, il peut être intéressant d’investir dans le Roma Pass ou l’Omnia Card. En plus de l’entrée dans certains des sites les plus emblématiques de la capitale, ces pass incluent l’accès aux transports publics.

🚐   Transferts : si vous voulez arriver à Rome en toute sérénité, il est possible de réserver votre transfert depuis l’aéroport à l’avance. Une voiture vous attendra pour vous amener directement à votre hébergement dans la capitale. Pour en savoir plus : transferts à Rome.

🚌   Transports sur place : la ville de Rome possède un système de transport public très complet : métro, bus et tram. L’accès aux transports en commun est inclus dans le Roma Pass et l’Omnia Card. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi opter pour un bus à arrêts multiples qui fait le tour des sites et monuments les plus emblématiques de la capitale (audioguide inclus).

✈️  Vols et trains : pour réserver vos vols pour Rome, le Capitaine Ulysse vous recommande chaudement le comparateur Skyscanner. Vous pourrez trouver les meilleurs prix à vos dates, ou utiliser l’option « dates flexibles » pour dégoter LE bon plan !
Coté trains, le Capitaine vous conseille de faire un tour sur Trainline pour réserver vos billets.


Crédits
Wikimedia Commons

Comment avez-vous trouvé ce post ?

Cliquez sur les étoile pour noter :

Note moyenne : 0 / 5. Nombre de votes : 0

Pas de notes pour le moment. Soyez le premier à donner vote avis !

Le capitaine est ravi que vous aimiez cet article ...

Suivez ses aventures sur les réseaux sociaux !

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *